Blog Conseils-Coaching

13
septembre
2012
Nouveauté

Législation sur la billetterie

La règle d’or : pour tous les événements publics payants, les spectateurs doivent avoir un billet. Si l’événement est gratuit – et uniquement dans ce cas là – il n’y pas d’obligation de délivrer des billets à vos spectateurs. Dans la pratique, il est tout de même conseillé d’en distribuer : le billet servira de support pour diffuser des informations aux spectateurs sur le déroulement du spectacle.

Si vous avez un doute, sachez qu’avec Moxity les billetteries des événements gratuits ne coûtent rien. Il n’y a aucune commission à payer. La mise en place est rapide et en cas de litige, l’existence d’une billetterie pourrait vous protéger.

Dans le cas d’une invitation à un spectacle payant, des billets doivent être distribués aux invités. Ils comprendront la mention « non payé », « invité » ou « 0€ » sur le billet.

Pour un même événement, il est possible d’utiliser à la fois une billetterie en ligne et une billetterie manuelle.

La billetterie en ligne

Avec la billetterie en ligne, le support qui sert de billet est libre. Un billet dématérialisé est une simple preuve d’achat qui donne un droit d’entrée à un spectacle et peut prendre différentes formes. Le spectateur reçoit en échange de son achat un code-barres sur différents supports (téléphone portable, puce etc…) ou un billet envoyé par mail, à imprimer à domicile. C’est la formule retenue par Moxity. L’achat est alors enregistré dans une base de données et l’organisateur peut donc se passer de conserver physiquement les preuves d’achat de ces billets. La billetterie dématérialisée doit contenir certaines informations, apparentes ou sous forme d’informations codées. Bien entendu, la solution de billetterie en ligne Moxity se conforme à toutes ces obligations.

La billetterie manuelle

Il s’agit des billets papiers traditionnels. Pour ce type de billetterie, c’est le support qui vaut droit d’entrée. Les billets matériels peuvent être soit imprimés avant leur mise en vente, soit émis au cas pas cas grâce à un logiciel. Dans le premiers cas, il s’agit de billets en trois parties issus de carnets à souche. La souche est gardée par l’exploitant en cas de contrôle, la partie centrale reste entre les mains du spectateur et la dernière partie est le coupon de contrôle à l’entrée. Chaque billet se distingue par une numérotation et un numéro de place s’il y a lieu. Quand il est émis par un logiciel au cas par cas, il s’agit d’un billet informatisé. Il est imprimé lors de la vente au spectateur. La seule différence avec un billet matériel classique est que la souche est remplacée par l’enregistrement électronique de l’émission du billet.

La souche, le billet et le coupon de contrôle doivent comporter diverses informations :
- le nom de l’établissement,
- le numéro d’ordre du billet (les billets doivent être numérotés suivant une série ininterrompue et vendus dans l’ordre),
- la catégorie de la place et la séance à laquelle le billet donne droit,
- le nom du spectacle,
- le prix payé par le spectateur ou la mention de gratuité en cas d’invitation,
- le numéro de licence d’entrepreneur de spectacle de l’un au moins des entrepreneurs de spectacles vivants qui le produisent ou le diffusent,
- le nom du fabricant ou de l’importateur.

Les solutions de billetteries proposées par Moxity et son partenaire Oscar, leader de la billetterie manuelle, sont évidemment conformes aux normes légales.

Tags: ,
Posté dans Vente